• Melbeau Siteweb . De mon potager à la prairie de Luisant & vice versa

    Balade champêtre en courgette balade champêtre en courgette Balade champêtre en courgette balade champêtre en courgette Balade champêtre en courgette Balade champêtre en courgette Balade champêtre en courgette

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    36 commentaires
  • Melbeau Siteweb .

    Cumulus sur le chemin

    Tour de France 2012 (Eure & Loir)

    Cumulus dans la prairie

    Tour de France 2012 (Eure & Loir)

    Parasols du tour de France

    Tour de France 2012 (Eure & Loir)

    Basilic Napolitano

     Sur la route de BeauceRoute de Beauce

    Fenêtre d'ombre & de lumière

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    16 commentaires
  • Melbeau Siteweb .

    Salle de Lecture

     

    LE CHEMIN DES NEUF MONDES

    Au fur et à mesure de la montée, la température devient plus fraîche. La végétation change, des lambeaux de forêt tropicale font leur apparition. Quelques indiens chargés de bois, de légumes ou d'igouanes attachés par une cordelette et suspendus sur l'épaule, remontent lentement le long de la piste. Un coup de klaxon, une mule se cabre, deux mondes se croisent. Le nôtre, rapide, pressé, bruyant, qui, en quatre heures de chaos et de ravines nous mènera sans difficultés jusqu'au village de Nabusimaké. Le leur, silencieux, difficile, presque lointain, ailleurs sûrement. Deux mondes humains qui s'ignorent, à la fois si proches et  si éloignés.

     

    Un col, enfin, les sommets sont là étincelants, magnifiques. Arrêt photos- toute l'équipe est excitée. La vue de ces montagnes enneigées, posées sur un horizon lointain, est une vraie émotion. Je n'ai jamais bien su ce qui animait les montagnards, ce qui les poussait à aller plus haut, plus loin, à parcourir encore et toujours ces espaces inhospitaliers qui les habitent. Je sais seulement que la vue des montagnes, celles là ou d'autres, apaise, donne de la force.Je sais aussi que ceux qui enreviennent ont toujours une petite lueur dans les yeux. Peut-être est-ce leur beauté , leur grandeur qui nous dépassent, et nous remettent à notre juste place. Peut-être est-ce les horizons qu'elles dévoilent et qui promettent d'autres rêves, d'autres possibles. Ou peut-être est-ce la redécouverte obscure, puissante, d'une grande solidarité avec le vivant. Avec les déserts et la mer, la montagne fait partie de ces derniers espaces où, entre soi et le monde, il n'y a plus rien, rien que le mouvement et l'unité de la vie...et ça !

    - Nabusimaké està allà lejos, abajos en el valle. (Nabumimaké est là-bas, en bas dans la vallée.)

    ...

    Eric Julien

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique